Depuis 2003, Fisart et la Maison de l’Accordéon travaillent main dans la main, et de manière complémentaire pour mettre au point des instruments d’une qualité irréprochable. Giancarlo Vignoni, Jean-Pierre Leray et leurs équipes s’efforcent pour ce faire d’être attentifs aux musiciens, amateurs et professionnels, qui font vivre ces instruments.

Fisart, fabrique artisanale au cœur de Castefidardo en Italie, la capitale mondiale de l’accordéon, bénéficie d'un savoir-faire qui se perpétue de génération en génération depuis 1945. Giancarlo Vignoni s’attache à sélectionner les meilleurs matériaux, constamment à la recherche de nouveaux procédés pour améliorer la qualité de ses instruments et les adapter aux pratiques contemporaines, le tout dans le respect d’un travail artisanal.

Pour que les accordéons puissent exprimer pleinement leur potentiel, la Maison de l’Accordéon monte les voix dans tous les modèles possédant une boîte de résonance dans son son atelier à Rennes, qu’ils soient de type international à basses standard ou à basses chromatiques avec convertisseur, de type bayan à basses chromatiques avec convertisseur ou encore à touches piano. Dans ces instruments, les voix sont cirées. La qualité de ces voix (la «musique»), varie du tipo a mano, aux voix a mano professionnelles double-rivets en passant par les voix a mano . Ce travail s’appuie sur plus de trente ans d’expérience, transmise à une équipe d’accordeurs-réparateurs passionnés et exigeants.

Le passage à l’accordoir de ces jeux de voix est effectué en Italie. Ce travail consiste à mettre au diapason choisi toutes les anches, avant montage dans la caisse de l’instrument. Notre travail commence donc par le réglage des lames (anches) pour l’attaque. Ensuite nous effectuons un «calage» dans le haut des cases des sommiers, pour une meilleure homogénéité du son. Après vient le choix, le collage et le travail sur les peaux de musique, absolument primordial pour la bonne tenue de l’accordage de l’instrument dans le temps. Puis enfin c’est le montage des voix à la cire sur les sommiers, qui nécessite une grande habitude et toujours beaucoup d'application… donc bien des étapes avant d’effectuer l'accordage final de votre futur accordéon dans sa propre caisse. Seule technique à nos yeux valable, puisque la «musique» (ensemble des voix) joue alors dans le contexte où elle sera utilisée. Ce travail long et précis demande aussi rigueur, abnégation, beaucoup de goût et de passion. Ensuite, il faut faire tous les réglages mécaniques: pression des claviers, registres en mentonnières, étanchéité…

Tous les autres instruments pour l'initiation (Découverte, Imagine, Sandra), nous parviennent déjà montés et accordés de chez Fisart. Nous effectuons néanmoins tous les contrôles nécessaires, tant au niveau mécanique que musical pour la meilleure satisfaction de l’utilisateur.